LE SAUMON:

Publié le par les passions du captaine

: Salmonidés

Corps fusiforme ; tête relativement petite par rapport à la longueur totale (1/6e de celle-ci chez la femelle), plus importante chez le mâle (1/5e). Bord postérieur de la caudale échancré, en forme d'accent circonflexe ou concave. 120 à 130 écailles sur la ligne latérale. Dos gris bleuté ou verdâtre; flancs argentés, piquetés de taches noires, en X ou en étoile; ventre blanc brillant.

Taille et poids :
Jusqu'à 1 m. 10 et plus de 20 kilos en France; plus de 1 m. 30 pour près de 40 kilos dans les pays nordiques!
Migration :
La durée moyenne du cycle de migration de ce magnifique poisson anadrome (c'est-à-dire naissant en rivière, croissant en mer et remontant en rivière pour frayer) est de quatre à cinq ans, les montées se produisant à plusieurs époques de l'année:
- Première montée: Saumons de printemps, de 6 à 9 ou 10 kilos, de fin janvier à mai.
- Deuxième montée: Saumons d'été (gabaillots, madeleinaux), de 1 kg. 500 à 5 kilos, de juin au début d'août.
- Troisième montée: Saumons d'hiver, au-dessus de 10 kilos, de fin octobre à janvier.

 Lorsque le saumon est depuis une quinzaine de jours en rivière, le dos commence à s'assombrir et la teinte argentée des flancs devient acier avant de se parer de reflets de plus en plus rougeâtres au fur et à mesure que se rapproche l'époque du frai.

Si, pour la pêche, le lieu précis de l'habitat océanique du saumon n'offre qu'un intérêt documentaire (les uns supposent qu'il demeure dans le prolongement de l'estuaire géologique des rivières, dans les masses océaniques profondes, en bordure du plateau continental submergé, et les autres pensent qu'il vit dans les profondeurs abyssales des eaux polaires), deux points sont, par contre, d'un intérêt capital pour un pêcheur:
a) Les montées n'ont lieu que dans certaines rivières qui, en France, sont:
Cotentin: Sienne, Sée, Sélune.
Bretagne: Aulne, Couesnon, Ellé, Elorn, Léguer, Odet, Scorff, Trieux.
Bassin de la Loire: Allier.
Bassin de l'Adour: Gave d'Oloron, cours inférieur du Gave de Mauléon, Nive.
b) Grâce aux méthodes modernes de marquage des jeunes saumons de descente (tacons), il est prouvé que, tant qu'un obstacle infranchissable, tels que certains barrages hydroélectriques, ne s'y oppose, le saumon essaye toujours de regagner ses frayères natales. En tenant compte du nombre de reproducteurs ayant réussi à monter jusqu'à celle-ci et, surtout, de la plus ou moins grande réussite du frai en telle année, on peut donc avoir une idée du nombre de saumons qui se présenteront à l'entrée de la rivière quatre ou cinq ans plus tard.
Frai :
A partir de fin novembre, mais surtout en décembre, aux environs de Noël. La femelle creuse une fosse dans le gravier, non pas à l'aide de sa queue et de ses nageoires, mais en se contorsionnant afin d'orienter le courant qui déplace ainsi lui-même les galets. Le mâle émet ensuite sa laitance en même temps que la femelle pond ses oeufs et les jeunes saumons, tacons ou tocans, naissent au début de mars. Ces tocans, dont la pêche est rigoureusement interdite et qui ne peuvent être confondus avec une truite, séjournent un ou deux ans en rivière avant de descendre vers la mer à la faveur d'une crue printanière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article